Biographie

Ce génie de la flûte cubaine qui a récemment participé au «Global Concert» pour la «Journée internationale du jazz» tenu au Gran Teatro «Alicia Alonso» à La Havane Ce génie de la flûte cubaine a participé en tant qu'artiste invité à l'album lauréat du Latin Grammy Award 2018 du "Septeto Santiaguero y El Canario" et a récemment joué et dirigé un groupe lors du "Global Concert" dans le cadre de la "Journée internationale du jazz". Il s'est produit au Gran Teatro "Alicia Alonso" à La Havane, où il a également remporté, avec son cousin pianiste Ramon Valle, le Cubadisco Award 2018.
Né à La Havane dans une famille de musiciens, Orlando "Maraca" Valle initie ses études musicales à la flûte à l'âge de dix ans, et les poursuit à l’Institut Supérieur des Arts de La Havane. En 1988, il intègre le célèbre groupe cubain Irakere (fondé par Chucho Valdès), où il se démarque en tant que flûtiste, claviériste et arrangeur.
Avec six ans d'expérience internationale acquise au sein d’Irakere, Maraca se lance dans une carrière solo en 1994 ; il produit et réalise l'album Pasaporte, une collaboration artistique avec les fameux percussionnistes cubains Tata Guines et Miguel "Anga» Diaz. Depuis, il a acquis une réputation mondiale non seulement comme un maître de la flûte, mais aussi en tant qu'auteur-compositeur et arrangeur. Son album actuel Reencuentros représente peut-être sa plus audacieuse incursion en tant que compositeur qui le confirme comme étant l'un des plus importants du monde du latin jazz.
Années de collaborations artistiques avec les plus grands musiciens et de tournées internationales extensives placent Maraca un des artistes cubains d'avant-garde les plus reconnus au monde.
Il a été nominé pour un Prix Grammy en 2003 avec son album solo Tremenda Rumba et a été classé dans le Top 15 sur la liste des meilleures ventes d'albums de Billboard aux Etats-Uni ; son album phare Descarga Total continue d’être l’un des albums le plus vendus à Cuba.
A la tête de différents projets musicaux, il a joué dans plus de 40 pays, dans les festivals de jazz les plus importants dans le monde (Aspen, Montreux, Montréal, Vancouver, Istanbul, North Sea, Paris, Nice, Marciac, Lugano, Antibes-Juan-les- Pins, Vitoria) et dans les cinémas et les théâtres les plus prestigieux tels que l'Hollywood Bowl de Los Angeles, le Kennedy Center de Washington, La Maison de la Musique à Moscou ou encore l'Opéra d'Athènes, et se produit régulièrement dans les meilleurs clubs de jazz comme Yoshi et Jazz Alley aux Etats-Unis.
Maraca a été élu «Meilleur enregistrement à Cuba» en 2006 et en 2009 lors du concours national du disque CUBADISCO, et l’album Pasaporte a reçu le Prix EGREM de «Meilleur Album de l'Année» (le concours discographique le plus ancien de Cuba).
Maraca a travaillé en tant qu'auteur, compositeur et arrangeur pour des artistes comme Cesaria Evora, les Afro-Cuban All-Stars, Leonid Agutin, Cubanismo, Orlando Poleo, Nora, Amadito Valdes, Monique Seka et Yumurí.
Il vient d'enregistrer deux nouveaux albums: l'un de latin jazz (Todo o Nada) et l’autre de musique de danse cubaine (Suspendan los commentarios) dont les chansons commencent à être dans la préférence du public.
Maraca continue de collaborer avec quelques-uns des meilleurs musiciens au monde, partageant la scène en tant qu'invité spécial du chanteur pop russe Leonid Agutin, du trompettiste de jazz Wynton Marsalis et du guitariste Al Di Meola. Avec ce dernier, il s’est récemment produit au Festival Jazz à Vienne en France, aux cotés du célèbre pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba.
À propos de Reencuentros: Forger de riches traditions musicales de Cuba en mélangeant les genres tels le jazz et la musique de chambre peut à première vue sembler impossible – ou encore totalement téméraire. La musique mystique de Cuba (ses rythmes séculaires sanctifiés, ses ensembles de musique codifiés depuis des décennies, leurs lois musicales uniquement connues des initiés expérimentés) ne semblerait pas accepter une telle flexibilité. Cependant, au  riche terreau musical de Cuba, Orlando "Maraca" Valle (le flûtiste le plus influant et innovant de Cuba et l'un des piliers de la scène internationale du latin jazz et de la Salsa) insuffle un air nouveau et fait éclater les frontières entre les genres, avec son  album Reencuentros: En vivo desde el Gran Teatro de la Habana. L'album, un enregistrement audio-visuel d'un spectacle historique, est littéralement quelque chose que vos oreilles n'ont pas entendu auparavant. Les racines et genres cubains sont élevés à de nouveaux niveaux d'expression à travers l'interprétation ingénieuse de maestros du genre. Entouré par un all-star de jazzmen latinos (Giovanni Hidalgo / percussion, Horacio "The Black" Hernandez / batterie, David Sanchez / Saxophone, Harold López-Nussa / piano, etc) et s’appuyant sur de magnifiques arrangements de musique de chambre, il n'est pas surprenant que le magazine Downbeat ait qualifié Reencuentros de «chef-d'œuvre», ce qui lui valut  5 étoiles et son élection parmi les meilleurs albums de l'année.
Le double DVD / CD capture l'excitation de ce mémorable concert à l’Opéra de La Havane et appelle les esprits à s’ouvrir vers de nouveaux royaumes de la conscience musicale. Le spectacle, qui s'est tenu au Grand Théâtre de La Havane, a vendu 1500 billets en 2 heures, la totalité des entrées s’épuisant peu après. C'était la première fois que de grands noms du latin jazz américain rejoignaient sur scène de légendaires virtuoses cubains du  jazz et de la musique classique. Mais ce sont les qualités de compositeur d’Orlando "Maraca" Valle, dont «l’habilité en tant que compositeur et arrangeur fait que  la musique change constamment et évolue dans des directions surprenantes" (Downbeat) qui ont permis que ces énergies atteignent un sommet presque cinématographique.